Klik rechts van de stip in de navigatiebalk hierboven muziek aan / uit

Ariettes Oubliées

Spleen

Tekst: Paul Verlaine

Les roses étaient toutes rouges
Et les lierres étaient tout noirs.

Chère, pour peu que tu te bouges
Renaissent tous mes désespoirs.

Le ciel était trop bleu, trop tendre,
La mer trop verte et l'air trop doux.

Je crains toujours, -- ce qu'est d'attendre
Quelque fuite atroce de vous.

Du houx à la feuille vernie
Et du luisant buis je suis las,

Et de la campagne infinie
Et de tout, fors de vous, hélas !

xx

Zwaarmoedigheid

xx

De rozen waren zo rood
de klimop zo zwart.

Lieve, er is maar een hoofdbeweging voor nodig,
om mijn oude wanhoop te doen herleven!

Te blauw was de hemel, te teder,
te groen de zee, de lucht te zwoel.

[ . . . ]

De volledige tekst kunt u per email opvragen.
Klik hier voor de voorwaarden.