Klik rechts van de stip in de navigatiebalk hierboven muziek aan / uit

Quatre chansons de jeunesse

Apparition

Tekst: Stéphane Mallarmé

La lune s'attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l'archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l'azur des corolles.
-- C'était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S'enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d'un Rêve au coeur qui l'a cueilli.
J'errais donc, l'oeil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m'es en riant apparue
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.

xx

Verschijning

xx

De maan is verdrietig. In de stilte van ragfijne bloemen
dromen Serafijnen in tranen, vedelboog in de vingers,
plukken stervende violen van witte snikken glijdend
over het blauw der bloemenkronen.
- Het was de gezegende dag van je eerste kus.
Mijn mijmeringen houden ervan me te pijnigen,
[ . . . ]

De volledige tekst kunt u per email opvragen.
Klik hier voor de voorwaarden.